15 avril 2021 - Camille de DLM NEWS

Alexia Borg de DLM NEWS en co-animation avec Anne-Charlotte Monneret DG d’EdTech France ont eu le plaisir d’accueillir sur leur plateau un membre historique d’EdTech France. Alexandre Lect est CEO de Edtake – un espace de travail dédié aux acteurs de la formation, et CEO d’Edufactory, le spécialiste de la formation digitale sur-mesure.

CEO d’Edufactory depuis 7 ans et CEO d’Edtake depuis presque 2 ans : Deux casquettes, mais un objectif commun ?

Alexandre Lect : Oui bien évidemment. Je pense que le challenge de l’entrepreneur c’est de répondre à un besoin de clients finaux dans un secteur. Soit en inventant quelque chose de nouveau, soit en améliorant l’existant. Et je pense que le Graal, c’est quand on peut augmenter son impact en restant dans le même secteur, en créant de la valeur ajoutée avec des offres complémentaires. Et c’est ce que nous essayons de faire entre Edufactory et Edtake.

Chez Edufactory depuis 7 ans, nous créons des modules de formation sur mesure pour les entreprises. Et chez Edtake, nous créons des outils qui permettent de concevoir ces formations. Donc nous avons créé un espace de travail dédié pour tous les acteurs de la Edtech.

En moins de 1 an ½, la plateforme Edtake a été sélectionnée et référencée auprès de nombreuses entités… Qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Alexandre Lect : C’est évidemment une grande fierté pour nos équipes, parce que c’est la validation que ce qu’on fait sert à quelque chose. Et nous l’avons constaté auprès de différents acteurs. Nous avons été référencés dans le classement des startups for change de Wavestone. Nous avons remporté les trophées de l’innovation de la formation perpétuelle. Nous avons été référencés chez Pôle Emploi au niveau national et nous avons été sélectionnés par le Ministère de l’Économie et des Finances dans le cadre du plan de relance. Et pour terminer, nous avons remporté le référencement de l’UGAP – la centrale d’achat public.

Donc avec différents acteurs, nous avons pu avoir cette validation. Et cela nous démontre que l’on a trouvé une solution intéressante.

Edtake est un espace de travail avec une combinaison de 3 offres de service, expliquez-nous…

Alexandre Lect : En réalité, notre logiciel permet de combiner le meilleur de la Edtech. Nous avons créé une Workplace, un espace de travail qui est la combinaison entre des outils, des process et des hommes.

Edtake et Edufactory sont deux entreprises indépendantes, mais Edtake est utilisé par Edufactory et bien d’autres entreprises et agences.

Edtake donne accès à un tableau de bord qui permet d’avoir une vision globale sur les projets et les plannings. L’utilisateur peut choisir les différentes modalités qu’il souhaite concevoir sur sa plateforme. Par exemple, sur une base d’e-learning il peut rajouter du présentiel. Ce tableau de bord propose donc un planning en temps réel avec la gestion des livrables, des ressources et des modules. Il donne une visibilité globale qui permet à l’utilisateur de piloter ses projets de formation et de trouver aussi les meilleurs acteurs. D’ailleurs, la plateforme Edtake suggère à l’utilisateur les personnes avec qui travailler.

Quels sont vos objectifs pour 2021 ?

Alexandre Lect : Nous souhaitons travailler avec un maximum d’acteurs différents. Et ce, pour s’assurer que la solution est adéquate à tous les besoins du secteur. Ensuite, nous souhaitons entamer un développement à l’international et pour cela nous allons lancer une levée de fonds d’ici la fin d’année.

Comment la covid-19 a-t-elle modifié le marché de l’Edtech ?

Alexandre Lect : Bien évidemment, le digital a été admis un peu de force. Mais aujourd’hui, nous constatons quand même les aspects bénéfiques. Il y a eu l’arrivée du télétravail en masse qui a changé complètement les relations au travail. L’adoption du digital et les solutions adaptées ont dû être mises en place extrêmement rapidement. Dans la filière Edtech, nous avons presque fait un bond de 10 ans en avant. Alors aujourd’hui se pose la question de savoir si les utilisateurs sont réellement prêts. Ont-ils la maturité nécessaire ?

C’est pourquoi aujourd’hui, nous constatons un réel besoin d’accompagnement.

D’après vous, quelle peut être l’évolution de la filière Edtech avec la crise ?

Alexandre Lect : La filière Edtech va évidemment continuer à grandir, c’est tout ce qu’on lui souhaite en tout cas. Nous souhaitons avoir des offres qui se regroupent et qui viennent se compléter. Nous souhaitons une mutualisation des forces et un travail de partenariat entre acteurs. Et c’est ce que nous faisons parfaitement bien l’association Edtech France.