• vendredi , 6 décembre 2019

Les 11 OPCO (opérateurs de compétences) sont parus au Journal Officiel !

Partagez l'article sur vos réseaux !

Ne parlez plus d’OPCA… mais d’OPCO ! C’est ce que nous vous disions dans un précédent article. Les choses se poursuivent encore dans l’avancement de la réforme de la formation professionnelle concernant les opérateurs de compétences. Sur les 13 dossiers d’agrément déposés en fin d’année, le Ministère du Travail a sélectionné 11 OPCO. Ces derniers sont parus le 31 Mars au Journal Officiel.

Rappelez-vous, les 20 opérateurs paritaires collecteurs agréés (« Opca ») ne collectent désormais plus les cotisations formation. Cette compétence a été transférée à l’Urssaf par le biais des opérateurs de compétences appelés dorénavant « Opco ».

Réforme professionnelle : Quels sont les 11 OPCO ?

Sur les 13 dossiers déposés, 9 opérateurs ne posaient pas de problème pour le Ministère du Travail. Ils respectaient les contraintes, comme celles des seuils de taille « au moins 200 000 entreprises ou 200 millions d’euros de fonds » et de la cohérence sectorielle.

Les 9 des 11 OPCO vont représenter les domaines de :

  • l’agriculture et l’agroalimentaire (entreprises et exploitations agricoles, acteurs du territoire, secteur alimentaire…) par l’OCAPIAT ;
  • l’industrie (industrie, métallurgie, textile…) par l’OPCO 2i ;
  • la construction (BTP) ;
  • les mobilités (ferroviaire, maritime, automobile, transport de voyageurs…) ;
  • le commerce (vente, négoce, commerce de détail et de gros…) ;
  • les services financiers et conseils (banque, assurance, finances) par l’Atlas ;
  • la santé (hospitalisation, établissements médico-sociaux…) ;
  • la culture et les médias (presse, édition, cinéma, casino, musique, spectacle vivant, sport, tourisme, radio, audiovisuel, télécommunication…) par l’AFDAS ;
  • la cohésion sociale (centres socio-culturels, insertion, régie de quartier, HLM,…).

Qu’en est-il des 4 autres opérateurs soumis au gouvernement ? Le Ministère du Travail leur a donné 2 mois pour renégocier des accords correspondant à des secteurs économiques pertinents. La raison de ce refus était liée au fait que leurs projets faisaient l’objet de rivalités intra-patronales et syndicales. L’objectif est qu’ils arrivent à se mettre d’accord sur deux autres opérateurs :

  • des entreprises de proximité (artisanat, professions libérales…) ;
  • des entreprises et salariés des services à forte intensité de main-d’œuvre (chaînes de restaurants, portage salarial, enseignement privé, restauration rapide, déchets, travail temporaire…).

11 OPCO pour le développement des compétences et la certification

Selon l’article L. 6332-1 du Code du travail, les OPCO ne collecteront plus les fonds dédiés à la formation professionnelle.

Entre autres, ils aideront au développement des compétences des entreprises, à la certification et s’investiront dans le développement de l’apprentissage, la professionnalisation et des CFA.

Pour aller plus loin, parcourez nos articles : Réforme de la formation#2 : L’agence France compétences et CPF : Salariés, plus besoin de votre RH pour vos Formations !

Related Posts