26 novembre 2020 - Camille de DLM NEWS

Alexia Borg de DLM NEWS a reçu sur le plateau de Challenges, Christophe Inzirillo, CEO d’Héroïque Consulting. Cette entreprise a vu le jour en 2018 dans le sillage de la reprise économique et après le triomphe du sport de haut niveau. Christophe Inzirillo et son équipe de chercheurs, consultants sont à l’œuvre depuis 20 ans autour de leur expérience du « sport et management ». Alors, nous avons vu avec lui comment accélérer le changement de culture d’entreprise par une approche sport et management ?

Le sport comme thématique pédagogique pour enclencher la transformation culturelle des entreprises…

Il n’y a pas besoin d’être dans le domaine du sport pour faire appel à cette méthode pédagogique. Notre méthode est simple, essayer de changer la culture d’entreprise (souvent la culture managériale) en la mettant en interaction avec une autre, celle du sport qui a de nombreux points positifs.

Concrètement, comment se matérialise ce voyage pédagogique sportif ?

pédagogie sportiveOn propose aux collaborateurs un voyage pédagogique dans un univers sportif. Ils vont se retrouver à un moment donné sur des terrains de sport en interaction avec des coachs sportifs, mais aussi en salle sur ces mêmes sites sportifs. On les emmène par exemple sur le site de Clairefontaine dans les Yvelines. Ou encore à l’Association Sportive de Marcoussis, voire L’INSEP près du Bois de Vincennes. Nous intervenons bien évidemment aussi en régions ; à Toulouse, Strasbourg, etc.

Ce voyage pédagogique se déroule sur 1 ou 2 jours. Il va permettre aux collaborateurs de modifier leur manière de faire du management d’équipe, ou de faire du coaching d’équipe. Chez Héroïque Consulting, nous sommes persuadés que c’est comme cela que l’on arrive à faire évoluer les choses.

On utilise tous les sports, même si aujourd’hui les entreprises sont friandes du management dans les sports collectifs (foot, rugby, basket, hand, etc.). Mais nous sommes capables de faire aussi beaucoup de choses avec les sports individuels.

On prévoit généralement une heure de sport toutes les demi-journées, ou une heure toutes les journées, mais ce n’est en aucun un séminaire sportif. D’autant plus que tous les sports sont « marchés ». En effet, on utilise la thématique et les mises en situation du sport pensées par nos coachs, mais elles ne sont pas intenses. Il faut que tous les collaborateurs puissent s’y retrouver, apprendre des choses et passer un bon moment.

Utiliser le sport comme miroir, expliquez-nous…

Le sport est très positif à plusieurs niveaux et pour de nombreuses bonnes raisons, et c’est scientifiquement démontré. Mais nous, chez Héroïque Consulting, nous utilisons le sport non pas pour générer du bien-être, mais comme miroir pour mieux aborder les problématiques managériales ou de performance, pour que chacun puisse l’utiliser dans son travail.

Suite au confinement, comment avez-vous adapté vos offres ?

En effet, pour faire nos formations et notre accompagnement en management on a utilisé l’online. On propose par exemple de visionner des vidéos de coachs, et on débriefe ces vidéos. On apporte aussi des concepts et une manière de faire, peut-être un petit peu différente de celles qui existent en entreprise classique. Puis on fait des mises en situations online. Bien sûr quand c’est possible, on propose une approche hybride ; se retrouver au moins pour une petite demi-journée à l’extérieur avec les masques, afin de pratiquer des activités qui sont complémentaires à celles qu’on a fait online.

On parlait de « l’entreprise athlètes » en 1984, où en est-elle en 2020 ?

sport miroirL’entreprise athlète, c’est utiliser tel quel le modèle du sport dans son entreprise. On sait très bien que le monde du sport a évolué de la même manière que le capitalisme. Donc oui, il y a un lien, mais notre manière de faire chez Héroïque Consulting, c’est considérer le monde du sport comme un autre secteur d’activité, qui a ses propres codes, sa réflexion, sa manière d’aborder les choses. Alors, faisons un voyage dans ce secteur d’activité, prenons ce qu’on a à prendre d’intéressant, mais laissons de côté les choses non adaptées pour notre entreprise.

Prenons le sport non pas comme un modèle, mais plutôt un miroir, un autre secteur d’activité dans lequel on va puiser un certain nombre de richesses dans le but de s’améliorer.

Si vous deviez choisir entre la victoire et l’effort, que choisiriez-vous ?

Je choisirai le progrès surtout ! Un effort sans progrès c’est dommage, la victoire c’est bien ce qu’on cherche, mais souvent on ne l’atteint pas. Notre objectif c’est toujours de faire progresser une entreprise dans sa transformation culturelle pour qu’elle progresse afin d’atteindre le zéro accident, entre autres.

Par exemple, pour le management de la sécurité, on arrive à stimuler la manière de faire du management de la sécurité en utilisant les codes de la discipline et de la règle. Les managers peuvent ainsi progresser dans leurs manières de faire, intérioriser les règles et donc la sécurité.

Retrouvez l’intégralité de nos interviews en partenariat avec Challenges sur notre chaîne YouTube !

odio venenatis, vel, luctus ut Praesent nec felis ut libero dictum risus.